Mireille Sorgue
Son oeuvre

Extraits d’articles parus dans la presse après la publication des oeuvres de Mireille Sorgue

Retour

 

« Il faudrait tout citer… Admirables poèmes d’amour fou qui soutiennent la comparaison avec ceux d’Eluard et de Louise Labé […] Son talent ne doit rien à personne, elle crée son propre langage […] On n’a jamais rien lu de plus beau et de plus fort […] Le destin a voulu qu’elle reste une jeune fille éternelle qui laisse derrière elle ce paquet de lettres fulgurantes et cet essai amoureux suspendu dans le temps, dérisoire désormais comme si en Mireille Sorgue avaient été assassinés à la fois Mozart et Aragon. »
(Jean-Didier Wolfromm, Le Magazine littéraire)

 

« Ces pages consumantes semblent comme un écho des lettres les plus belles d’Héloïse ou de  la Religieuse portugaise. De Juliette aussi, comme des poèmes de Louise Labé […] On ne peut lire ce poème interrompu par la mort sans un mélange de stupeur et d’émerveillement, tant l’audace y est mêlée d’exigence et d’une soif de connaissance absolue. Les dons de l’écrivain sont éclatants, mais son inspiration surtout est rare […] » (Jean Mambrino, Esprit)

 

« On émerge ébloui de l’écriture éclatante de Mireille Sorgue […] Maîtrise totale du langage.»    
(Fabienne Pascaud, Télérama)

 

«  L’étonnante voix juvénile qui, sans faiblir, se pose et retentit au diapason des plus grandes […] Je sentais, en refermant ce livre, mes sentiments se partager entre la louange et la reconnaissance.»
(Maurice Deleforge, France catholique)

 

« Evénement littéraire, document unique et tout à fait exceptionnel […] Et c’est ainsi qu’avec elle la littérature fut réinventée. »
(Roger Bichelberger, Le Républicain lorrain)

 

« Je suis bouleversé […] Livre hors pair[…] digne des plus grands du genre […] qualité d’écriture incomparable, révélation d’une exceptionnelle richesse intérieure. »
(André Brincourt, Le Figaro)

 

« Une profusion de mots qui touchent à l’art, donc à la beauté, qui rejoignent l’universel, j’allais dire le spirituel au grand sens du terme. »
(Geneviève Laplagne, La Vie)

 

« Un des textes les plus beaux et les plus forts sur l’amour. »
(Paris Actualités)

 

« Chef-d’œuvre, gloire de la littérature française […] La plus grande épistolière française depuis Madame de Sévigné […] Maturité géniale d’une jeune fille qui […] rejoint les plus hauts cris d’amour de l’humanité : Héloïse, Louise Labé, le Cantique des Cantiques.
(Paul Guth, Midi libre et La Voix du Nord)

 

« Brûlante gravité, écriture souveraine, inoubliable […] L’accent des écrits mystiques, par exemple de Thérèse d’Avila. »
(Maurice Chavardès, Témoignage chrétien)

 

« Difficile de cacher son émotion en découvrant tant de beauté sous cette plume si jeune et si mûre déjà. »
(Alain Favarger, La liberté Fribourg)

 

« Cette célébration nous entraîne vers les sommets de la littérature […] Et c’était l’enfance d’un génie […] Ecrivain incroyablement doué […] Un document unique où l’on voit, ensemble, naître une femme et un écrivain. »
(Claire Méheust, Marie-Claire)

 

« Un document unique et bouleversant. »
(Madame Figaro)

 

« Autant le dire tout de suite, ce livre est un chef-d’œuvre. »
(Joëlle Goron, Cosmopolitan)

 

« Lettres flamboyantes […] Elle possède le génie des mots […] Terrifiant et superbe.
(Olivier Mauraisin, Le Figaro Magazine)

 

« Stop chef-d’œuvre. »
(Le Nouvel Observateur)